Archive pour février 2017

Où vont les plaques de rue de la ville de Vientiane ?

Dimanche 26 février 2017

rue de vientiane

Une rue de Vientiane janvier 2017

Depuis quelques mois, on constate un mystérieux phénomène dans les rues de Vientiane.
Il semblerait que les plaques de rue de la ville de Vientiane partent vers d’autres cieux.
La dernière disparition en date, c’est la plaque de la rue « Bartholoni » qui se trouvait sur l’avenue « Lane Xang » il y a encore 3 jour de ça (23/02/2017).

rue bartholoni vientiane

Plaque de rue récemment disparue, au croisement de la rue Batholoni (derrière l’ancienne ambassade US et l’ avenue Lane Xang

Ces mystérieuses disparitions ont été constatées en fin de l’année 2016, leur point d’origine se trouve dans le quartier de l’ambassade de France, avec la disparition des deux plaques de rue qui délimitaient la rue de la Mission, une des plaques de la rue Sakarine, une autre plaque de la rue Setthathirath.
Cette épidémie se répand au travers de toute la ville en passant par le quai Fa Ngum et d’autres quartiers de la ville.

rue samsenthai

Plaque de rue récemment disparue.

Il faut savoir que ces plaques de rue qui donnent un charme certain aux voies de circulation de la ville de Vientiane, ont été offertes par la République Française aux habitants de la ville de Vientiane. (AFD, Agence Française de Développement) dans le milieux des années 2000. (2003 – 2004) et faisaient partie du paysage Vientianais au même titre que les boites aux lettres jaunes de l’Entreprise des postes Lao, qui nous rappellent elles les boites aux lettres de feu l’Entreprise des postes et télécommunications française.
Ces plaques, sont aussi un fort marqueur de la Francophonie au Laos et à Vientiane en particulier.
Je ne sais pas si les autorités françaises au Laos sont au fait de ces disparitions, mais je pense, je suis certain qu’il doit y avoir un service chargé de la diffusion et du rayonnement de la culture française au Laos qui lui, devrait être au courant en tant que gardien et dépositaire de la flamme culturelle francophone.
Au cas ou les autorités françaises locales ne seraient pas informées de ce phénomène, nul doute qu’ un lecteur de ce modeste blog, familier de ces organismes utiles et nécessaires, les informera de ces étranges disparitions et que les autorités compétentes prendront les mesures idoines afin que ces plaques ne soient pas remplacées par un type de plaque banalement anglo-saxon.
Il y va de l’Honneur de la Francophonie, il y va de l’Honneur des contribuables français !

rue de la mission

Piquet orphelin de sa plaque rue de la Mission.

Piquet orphelin de sa plaque rue Setthathirath.